L’obésité : le tout dernier facteur de risque associé à la gravité de la maladie à coronavirus (COVID-19)

Publié par Mark Beaton le

Nous sommes conscients que les données provenant des études sur la COVID-19 effectuées à l’échelle internationale indiquent que l’âge est un facteur de risque couramment associé à la gravité de la maladie. Pour dire les choses simplement, les personnes plus âgées souffrent plus lorsqu’ils sont atteints de la COVID-19. Au Canada, les patients âgés de 60 ans et plus représentent seulement 36 % des personnes atteintes de la COVID-19, mais ils représentent aussi 67 % des hospitalisations et 95 % des décès associés à la maladie. Une étude récente menée par la Ville de New York révèle une nouvelle relation existant entre l’obésité et la COVID-19.

Dans le cadre de leur étude menée en mars 2020, Jennifer Lighter et ses collègues du centre de santé Langone de l’Université de New York ont découvert qu’un pourcentage anormalement élevé de jeunes gens (moins de 60 ans) souffrant d’obésité était plus susceptible d’être admis en soins intensifs pour la COVID-19, comparativement à des patients plus minces.1

Ils ont examiné les cas de 3 615 personnes ayant obtenu un résultat positif lors d’un test de dépistage; 775 (21 %) de ces personnes avaient un indice de masse corporelle (IMC) de 30 à 34 et 595 (16 % de l’ensemble de la cohorte) avaient un IMC supérieur à 35. Leur analyse a souligné une différence significative dans le nombre d’admissions en soins intensifs chez les patients de moins de 60 ans avec différents IMC. Les patients plus jeunes (c.-à-d., ceux âgés de moins de 60 ans) ayant un IMC de 30 à 34 ans étaient 2,2 fois plus susceptibles d’être admis en soins intensifs; et ceux âgés de moins de 60 ans avec un IMC supérieur à 35 étaient 3,6 fois plus susceptibles que les personnes du même âge ayant un IMC inférieur à 30.2 Malgré que le risque de contracter la maladie soit faible chez les jeunes, cette étude montre que l’obésité est un facteur de risque en ce qui concerne ce nouveau coronavirus.

Au Canada, 20 % des adultes de 18 à 39 ans et 31 % des gens âgés de 40 à 59 ans sont considérés comme étant obèses du point de vue médical.3 L’obésité est souvent considérée comme un facteur de risque pour la santé cardiovasculaire ayant un impact sur la tension artérielle et le diabète. Il apparaît maintenant que le surpoids significatif peut aggraver la maladie à coronavirus.

Restez en bonne santé et en sécurité.

Auteur : Mark Beaton, vice-président principal du marketing, BIOS Medical

Sources :

[1,2] Obesity in patients younger than 60 years is a risk factor for Covid-19 hospital admission,
Jennifer Lighter MD, Michael Phillips MD, Sarah Hochman MD, Stephanie Sterling MD, Diane Johnson MD, Fritz Francois MD, Anna Stachel, MPH. Department of Pediatrics, Division of Pediatric Infectious Diseases; 2 Department of Infection Prevention and Control; Department of Infectious Diseases
NYU School of Medicine/NYU Langone Health, New York NY.
3 L’obésité chez les adultes canadiens, 2016 et 2017, Statistiques Canada, enquête canadienne sur les mesures de la santé.
 


Partager ce message



← Message plus ancien Message plus récent →


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés